Aller à:
Close

Cuisines

Types de plats

Menu
Chercher

La cuisine vietnamienne

La cuisine vietnamienne

La cuisine vietnamienne est faite de subtils mélanges de saveurs. L’art culinaire du Vietnam puise son origine dans des traditions ancestrales. Les différentes techniques de cuisson et les surprenants ingrédients donnent vie à des plats goûteux et raffinés.

La cuisine vietnamienne, toute une histoire…

Fraîcheur, délicatesse et subtilité sont autant d’adjectifs qui caractérisent la cuisine vietnamienne. Si ses plats sont connus dans le monde, certains mystères restent entiers. Les Vietnamiens sont très discrets et ne dévoilent que rarement leurs recettes ancestrales. La gastronomie a une place importante au sein des familles depuis de longues années. Le Vietnam possède une riche histoire : de grands événements l’ont marqué. L’emprise chinoise, la colonisation française et la présence américaine en font partie. La récolte et l’agriculture représentent encore aujourd’hui l’activité d’une large part de la population active. Les Vietnamiens ont l’art de transformer les aliments pour en faire d’excellents plats. Cela a toujours été une priorité pour eux. Traditionnellement, les femmes éduquent les enfants et nourrissent le pays. La préparation des repas est un véritable rituel, surtout lors d’occasions spéciales. Le Têt est le Nouvel An vietnamien et symbolise la fin d’une année lunaire. Les goi cuon (ou rouleaux de printemps) sont dégustés à cette occasion. Au Vietnam, une délicieuse cuisine est signe de respect face aux invités. À l’époque, les restaurants ne sont pas nombreux. La ville de Saïgon (maintenant appelée Hô Chi Minh-Ville) n’en compte que deux. Les marchands ambulants distribuent quelques spécialités culinaires dans les quartiers. L’authentique cuisine vietnamienne se consomme chez l’habitant. Ces dernières années, les restaurants s’ouvrent un peu partout dans les rues. La gastronomie locale se revisite aux quatre coins du monde. Le banh mi est un sandwich immanquable, dont la recette se décline dans de multiples pays.

Les baguettes : une tradition ancrée dans l'art culinaire vietnamien

La cuisine vietnamienne

De nombreuses croyances attribuent les baguettes aux Chinois. Or, les Vietnamiens mangent également avec une incontournable paire de baguettes ! Lors d’un repas traditionnel, les mets ne sont pas servis dans une assiette individuelle. Chaque personne présente autour de la table se sert dans un plat commun à l’aide de ses baguettes. Elles sont fabriquées dans les régions où les bambous poussent abondamment. La Chine du Sud et l’Asie du Sud-Est en font partie. Ces outils sont conçus à la manière d’un bec d’oiseau. Ils permettent de saisir un grain de riz, du poisson ou de la viande sans se salir les mains. La qualité des baguettes est primordiale : elles ne doivent en aucun cas être disproportionnées. Leur parfaite symétrie permet de saisir n’importe quel aliment en toute simplicité. Au Vietnam, la dégustation du bun cha se réalise en plusieurs étapes. Les convives prennent quelques vermicelles de riz avec des baguettes pour les tremper dans du nuoc-mam. Ils poursuivent ensuite en attrapant une boulette de viande.

Des mets savoureux au cœur de la cuisine vietnamienne

Le Vietnam se découpe en trois régions bien distinctes autant sur le plan géographique, ethnique que culturel. Les différences entre le nord, le sud et le centre du pays ont donné une identité aux cuisines locales. Les ingrédients restent divers et variés au sein de la cuisine vietnamienne. Les légumes crus y ont une place importante. Le riz est immanquable au Vietnam. Là-bas, il peut être gluant, parfumé et même de couleur verte. Les modes de cuisson ajoutent une touche unique aux mets. Le porc, le poulet, le canard et le bœuf sont les viandes les plus souvent cuisinées. Elles sont principalement cuites à la vapeur ou mijotées façon « kho ». Les poissons et les crustacés sont aussi très appréciés par les Vietnamiens. La gastronomie du territoire compte quelques plats végétariens, issus de la culture bouddhiste. Ces derniers sont essentiellement composés de plantes. Le condiment le plus utilisé est le nuoc-mam. Cette sauce à base de poissons fermentés est incontournable. Au Vietnam, la soupe se consomme dès le petit-déjeuner et lors de tous les repas. Le pho est un savoureux bouillon à base de nouilles de riz et de bœuf. Sa recette se décline pour satisfaire toutes les papilles. Les desserts, quant à eux, se mangent soit le matin soit en fin d’après-midi, à distance des plats. C’est le cas du che chuoi, un délicieux mélange de bananes, lait de coco et perles de tapioca.

La cuisine vietnamienne, un équilibre parfait

La cuisine vietnamienne

De nombreux condiments font partie intégrante des recettes vietnamiennes. Les herbes aromatiques et les épices relèvent avec subtilité les mets originaires du Vietnam. La célèbre théorie du Yin-Yang occupe un rôle clé au cœur de la culture vietnamienne. Elle est utilisée au quotidien et même dans la cuisine ! Elle représente la dualité, les deux pôles d’une seule et même chose. Le Yin et le Yang sont complémentaires et ne vont pas l’un sans l’autre. Les deux rassemblés forment un équilibre. Le Yin-Yang est composé de cinq éléments : l’eau, le feu, le bois, le métal et la Terre. Les Vietnamiens combinent différents ingrédients avec brio lors de la préparation d’un plat. Selon les croyances, l’équilibre intérieur du corps est en danger si l’harmonie du Yin-Yang n’est pas respectée. Un aliment de nature yin est associé au froid (légumes aromatiques, etc.). A contrario, un aliment de nature yang est qualifié de chaud (gingembre, piments, etc.). La fameuse sauce nuoc-mam est constituée de cinq saveurs classées en fonction des cinq éléments du Yin-Yang. Le jus de poisson est salé, le zeste de citron apporte de l’amertume et le jus de citron de l’acidité. Enfin, les piments sont la touche piquante du condiment et le sucre en poudre est le côté sucré. Pour accompagner un repas vietnamien, une délicieuse boisson est de mise. L’alcool de riz est très en vogue. Le thé reste le breuvage national.

Plats Vietnamienne